Dématérialisation des factures fournisseurs : facteur de clé de la réduction des délais de paiement

Alors que les retards de paiement des TPE et PME repartent à la hausse cette année, les entreprises se doivent, pour limiter autant que possible les délais de règlements de leurs fournisseurs, d’explorer tous les moyens propres à améliorer leur cycle de facturation. Il se trouve qu’en la matière, la dématérialisation des factures a déjà fait la preuve de son efficacité…


Marquée par une décennie difficile, la conjoncture économique apparaît cette année plus favorable aux entreprises. Gage de cette embellie, les retards de paiement des grandes entreprises sont enfin passés cette année sous la barre des 10 jours (Baromètre des délais de paiement Ifop/Cabinet Arc). Une tendance qui n’est cependant pas observée dans les TPE et PME. En dépit de carnets de commandes qui se remplissent, leurs délais de paiements sont en effet passés de 11.8 jours en 2016 à 14.5 jours en 2017, générant un risque non négligeable pour les trésoreries de leurs fournisseurs.


[[MORE]]

Des délais de paiement mieux encadrés

Pour limiter les effets néfastes des retards de paiement sur l’activité des entreprises, le gouvernement légifère sur le sujet depuis plusieurs années. En 2008, la LME plante le décor et limite les délais de paiement à 60 jours nets à compter de la date d’émission de la facture ou, à titre dérogatoire, à 45 jours fin de mois. Depuis, d’autres dispositifs réglementaires ont été mis en place et en particulier la Loi Macron d’août 2015 qui, pour sa part, a durci les sanctions pénales et administratives et autorise la DGCCRF (Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes) à publier sur son site Internet les noms des entreprises contrevenantes. Au-delà de ces sanctions, la réduction des délais de paiement passe aussi par des actions incitatives de la part du gouvernement. L’obligation de dématérialiser les factures fournisseurs vers les services de l’État, via le portail Chorus Pro (ordonnance n°2014-697 du 26 juin 2014) s’inscrit ainsi dans le cadre de cette démarche. D’ici à 2020, toutes les entreprises souhaitant travailler avec le secteur public et l’État n’auront en effet d’autres choix que de dématérialiser leurs factures fournisseurs. Une procédure qui devrait néanmoins leur être profitable.


Des résultats déjà tangibles

De source étatique, les entreprises qui passent par le portail Chorus Pro constatent une réduction des délais de paiement de l’ordre de 46 %. En effet, le workflow, c’est-à-dire l’enchaînement des étapes du circuit de validation du cycle de la facture, de son dépôt jusqu’à sa mise en paiement, est automatisé par le biais de Chorus Pro et permet de réduire significativement les délais de paiement. Des résultats tangibles qui traduisent bien l’impact de la dématérialisation de la facture sur ce délai. « La dématérialisation des factures, en permettant aux entreprises de s’affranchir des délais postaux et des temps consacrés au tri et à la distribution du courrier dans les entreprises, contribue en premier lieu à accélérer le cycle d’envoi et de réception des factures, explique Dominique Bougnot, directeur de Ventya France, expert de la facturation électronique et de la dématérialisation des factures. Dans cette première étape, l’entreprise peut déjà gagner près de trois jours dans les délais de traitement des factures ! Directement envoyée au bon destinataire, la facture électronique est également validée plus rapidement. D’autre part, la dématérialisation participe à la mise en conformité des factures et facilite son intégration comptable. Les risques d’erreurs et de rejets du destinataire sont donc limités, et la mise en paiement s’effectue plus vite. Que la facture soit envoyée aux services de l’État ou à une entreprise privée, sa dématérialisation est donc un facteur clé de réduction des délais de paiement »